Concertation commune « CPAS-Commune » Un enthousiasme sans faille pour son Président Antoine Rasneur

Article paru dans le Courrier de l’Escaut de ce jeudi 07 décembre sous la plume de Daniel  Pilette.

 

Le mot «synergie» est le fil rouge des réunions entre les conseils communal et de CPAS. Les autres sont «économies d’échelle» et «logement».
Depuis début 2013, les synergies (littéralement, mise en commun d’énergie-s) ont été déclinées dans presque tous les domaines humains, pratiques, économiques et culturels entre la commune et le CPAS. Au point qu’on pourrait avoir l’impression d’assister chaque année à la même réunion conjointe. Antoine Rasneur, président du CPAS, peu versé dans le psittacisme, se bornera d’ailleurs à n’évoquer que très vite les projets les plus anciens.
Damien Blondiau (Écolo) résume cette impression: «Depuis des années, vous nous parlez de synergies techniques au niveau de l’informatique, de la téléphonie et de la fibre optique, mais concrètement où en est-on? Cela fonctionne-t-il?» Christophe Huys, directeur général f. f, chargé de la modernisation administrative, répond: «On peut dire que c’est installé à 66,6%; le dernier tiers, consiste à remplacer les serveurs trop anciens; le tout devrait être opérationnel dans quelques mois.»
La majorité analyse: «La mise en place des projets prend beaucoup de temps, notamment parce que les procédures liées aux marchés publics et aux règles administratives sont nombreuses.»
Plus rapides
Certaines synergies sont déjà opérationnelles, car sans doute plus liées au fait strictement humain.
«Les ouvriers communaux et du CPAS travaillent ensemble sur certains projets et se partagent le matériel» rappelle Antoine Rasneur qui souligne aussi l’efficacité collaborative en matière de PCS (projet de cohésion sociale). «Le lieu de compostage citoyen, installé à la cité du Bol d’air, fonctionne bien après trois mois.» poursuit-il. Même constat au niveau des collaborations dans le cadre des marchés financiers. Quel que soit le domaine pour lequel s’unissent les deux administrations, le but est identique: réaliser des économies d’échelle et des économies budgétaires à très moyen terme.
Quoi de neuf?
L’an prochain, Commune et CPAS vont formaliser ensemble une politique menée dans le cadre de la sécurité, de la prévention et du bien-être au travail. Concrètement des agents des deux entités vont être formés dans ces matières en vue de pouvoir rédiger en interne les rapports et projets liés aux nouvelles lois et réglementations sans devoir passer par des conseillers en prévention extérieurs qui facturent leurs prestations.
Logement
L’ensemble des acteurs s’accorde à dire que le travail du CPAS (avec ou sans synergie avec la commune) est «remarquable» (sic); cinq logements sont encore en construction à la rue Ville basse.
«L’opérateur privé de la ZAAC Wastinelle devra respecter les données sociales de la commune et du CPAS prévues dans le projet» rappelle Antoine Rasneur.
Le CPAS s’informe aussi de la possibilité de travailler avec une AIS (agence immobilière sociale qui garantirait le loyer aux propriétaires). Le bourgmestre Leclercq: » Si c’est pour se retrouver avec une gestion aussi lamentable que celle des logements sociaux wallons, mon groupe politique s’y opposera.» Au moins, c’est clair…

 

N.B. le terme psittacisme repris dans l’article ci-dessus,  signifie perroquet c’est à dire : ne pas répéter bêtement toutes les années la même chose !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :